Le point de vue du Conseil Municipal - Site officiel de la ville de Saint-Leu d'Esserent

Aller au contenu

Menu principal :

Le point de vue du Conseil Municipal

INTERCOMMUNALITE :
Pour la reconnaissance et la prise en compte d’une véritable continuité urbaine de 12 000 habitants regroupant
SAINT LEU D’ESSERENT, VILLERS SOUS SAINT LEU, PRECY SUR OISE et BLAINCOURT.

(Texte adopté par le Conseil Municipal de Saint Leu d'Esserent le 5 octobre 2015)





  • Les zones en rose clair représentent une densité urbaine forte (habitations)


  • Les zones rouge correspondent à des installations industrielles


  • La zone grisée correspond à la continuité urbaine Saint Leu / Villers / Précy / Blaincourt de 12 000 habitants nettement distante de la zone urbanisée autour de Creil.

La Loi NOTRe impose un seuil minimum de 15 000 habitants pour toutes les intercommunalités. Dans l’environnement de Saint Leu d’Esserent, cela met en cause l’existence même des deux intercommunalités voisines que sont Pierre Sud Oise (11 000 hab.) et La Ruraloise (12 000 hab.).

Il s’agit d’une deuxième phase d’organisation des intercommunalités qui fait suite à celle qui a vu la création de Pierre Sud Oise et de la Ruraloise, il y ans 15 ans.
Dans le Sud de l’ensemble « Pierre Sud Oise + Ruraloise » est implantée une continuité urbaine de 12 000 habitants regroupant les communes des Saint Leu d’Esserent, Villers sous Saint Leu, Précy et Blaincourt, voire 14 000 habitants si l’on y rattache également Boran.  

Cette continuité urbaine constitue en fait une « véritable ville » de 12 à 14 000 habitants qui, si ces communes étaient administrativement regroupées, se positionnerait dans les 10 premières villes du département, au même niveau que Chantilly ou Pont Sainte Maxence.

En effet, outre la proximité et continuité urbaine évidente entre ces quatre communes, elles partagent depuis très longtemps :

-Le même collège Jules Vallès,
-Le même syndicat des eaux,
-Les mêmes commerces de proximité, les professionnels de santé, poste, gendarmerie, trésorerie, banques, . . .


La création, il y a 15 ans, des intercommunalités Pierre Sud Oise et Ruraloise a coupé en deux et détruit la cohérence de cet ensemble urbain : Saint Leu d’Esserent étant rattachée à Pierre Sud Oise alors que Villers sous Saint Leu, Précy et Blaincourt  étaient intégrées dans la Ruraloise.
Ceci a fait notamment disparaitre certaines structures ou activités que ce quatre communes avaient en commun :
      -Leur syndicat d’initiative,
      -Certaines associations ou activités culturelles précédemment partagées,

        -. . .
La ville de Saint Leu d’Esserent a été ainsi séparée de sa continuité urbaine naturelle pour  être rattachée artificiellement à un ensemble « Pierre Sud Oise » très hétérogène, et, par son appartenance à Pierre Sud Oise et malgré son souhait, au SCOT du grand Creillois : La ville de Saint Leu d’Esserent est située à l’extrême sud de ce SCOT, sans continuité urbaine véritable, si ce n’est 5 kms de voies ferrées et bâtiments industriels !

Le Conseil Municipal de Saint Leu d’Esserent souhaite vivement que, dans le cadre de la future organisation territoriale, les 4 communes Saint Leu d’Esserent, Villers sous Saint Leu, Précy sur Oise et Blaincourt  soient réunies au sein d’une même intercommunalité  et enfin reconnues comme constituant un ensemble urbain significatif de 12 000 habitants et non comme des villages éparpillés susceptibles d’être rattachés à des intercommunalités différentes au gré d’alliances plus ou moins politiques variables au cours du temps.

Le Conseil Municipal de Saint Leu d’Esserent est bien conscient que cet ensemble urbain de 12 000 habitants devra être associé avec d’autres communes ou ensemble de communes voisines pour respecter le seuil minimum de 15 000 habitants imposé par la loi NOTRe.

Cet ensemble de 4 communes (ou 5 si l’on intègre Boran) est à dominante résidentielle et reste fortement rurale. Il possède un potentiel de développement touristique exceptionnel du fait :

De sa situation géographique :

-dans le « Sud de l’Oise » intermédiaire entre le Grand Creillois et l’Ile de France,
-au carrefour de multiple voies de communication : 2 départementales, une voie ferrée et la rivière Oise,
-entourée de multiples sites touristiques majeurs : Chantilly, Senlis, Royaumont, . . .

de la richesse de son patrimoine historique et architectural (en particulier l’Abbatiale de Saint Leu d’Esserent et son environnement monastique et moyenâgeux, mais aussi les divers châteaux, églises et autres monuments), qui mérite d’être mis en valeur dans le cadre d’un développement touristique régional,

de la présence de la rivière Oise et des possibilités de reconversion des nombreuses friches industrielles en activités nouvelles tournées vers le tourisme fluvial et fluvestre et qui constituent aujourd’hui des opportunités majeures de redéploiement économique touristique de tout le Sud de l’Oise et de façon plus globale de toute la Vallée de l’Oise (sur les deux départements de l’Oise et du Val d’ Oise).

Ces caractéristiques font que cet ensemble s’apparente davantage à des communes historiques et touristiques telles que Chantilly ou Senlis plutôt qu’à l’ensemble très fortement urbanisé que constitue le Grand Creillois.

Son intégration dans « un ensemble intercommunal du Sud de l’Oise », intermédiaire entre le Grand Creillois et l’Ile de France, qui pourrait regrouper 70 à 80 000 habitants en s’associant avec les communes de l’Aire Cantilienne et celles voisines de Senlis voire au-delà, prendrait ainsi tout son sens et constituerait un puissant levier de développement économique  par la mise en valeur et l’exploitation touristique combinée des patrimoines historique, architectural, fluvial et naturel particulièrement important dans tout ce secteur géographique.  

 
Retourner au contenu | Retourner au menu