SAINT LEU D'ESSERENT
11 °C / Nuageux
Vent: SO de 25 km/h
Humidité: 82%
  • Auj
    10/15 °C
  • Ven
    10/14 °C
  • Sam
    8/16 °C
  • Dim
    14/17 °C

Saint-Leu d'Esserent  - Oise (Haut-de-France)
Utilisez votre souris !

Saint-Leu, ville du fleurissement durable !

La méthanisation 

Photo non contracturelle - exemple de méthaniseur

La méthanisation, une technologie à découvrir

Utiliser les déchets pour produire de l’énergie est un procédé mature mais encore assez peu développé en France, contrairement à nos voisins européens (Italie, Danemark…), qui comptent chacun plusieurs milliers d’unités de méthanisation en fonctionnement.

La méthanisation permet de produire un biogaz issu de la fermentation des déchets, des effluents d’élevages, des résidus de cultures...Ce gaz est utilisé pour produire de la chaleur, de l’électricité et pour faire fonctionner des véhicules.

Cette technologie contribue à réduire la dépendance énergétique de la France et à atteindre ses objectifs de développement des énergies renouvelables. 

Projet de méthaniseurs sur le plateau de Saint-Leu

Où en est-on ?

Deux projets de méthanisation privés sont en cours d’élaboration et devraient prendre place sur le plateau de Saint Leu. Ces projets ont eu le soutien de la chambre d’agriculture et de GRDF.Ils représentent un exemple concret de transition énergétique avec une production d’énergie à partir de ressources locales. Le projet « Sud Oise Energie » se positionne sur le territoire de Cramoisy et le projet « SAS du Tonnerre » à St Leu, à plus d’un kilomètre au nord des premières maisons. Ces deux projets se construisent avec des agriculteurs de Saint-Leu d’Esserent. Ces installations ont le titre d’ICPE (Installation Classée pour la Protection de l’Environnement). En effet, en raison de la production annoncée par les exploitants, et des pressions associées aux fermentations, ces deux installations seront au niveau « Enregistrement » comme peuvent l’être les stations-services et les entrepôts frigorifiques par exemple. D’autre part elles doivent obtenir un permis de construire. 

En raison du sujet « Energie », les permis de construire ne sont pas attribués par les communes mais par l’Etat. Les deux installations ont reçu leur permis de construire en fin d’année 2019.

Des inquiétudes légitimes… mais maîtrisées.

Pour fonctionner, les deux méthaniseurs auront besoin d’intrants : en majorité du fourrage produit sur le plateau, mais aussi des résidus de betterave, du fumier de bovins (Sud Oise Energie) ou de cheval de centre équestre (SAS Le Tonnerre).

Le fumier des écuries de la région de Chantilly fait l’objet d’un projet différent qui sera basé à Gouvieux. Ce transit se fera bien sûr par camions. Une utilisation des chemins ruraux sera privilégiée et est en train d’être contractualisée avec les exploitants afin d’éviter les nuisances que créerait un passage en centre-ville.

De la même façon, une optimisation se mettra en place avec les camions traversant déjà la ville à vide pour transporter les betteraves : le trajet aller se fera avec les résidus de betterave.

Une équipe d’élus de Saint-Leu d’Esserent est allée visiter une installation existante et opérationnelle afin de mieux appréhender le sujet. Il n’y a que très peu d’odeurs. D’autre part le positionnement géographique, sur le plateau, profitera des vents dominants d’ouest qui devraient chasser les odeurs résiduelles hors de la ville. Au-delà de la production de gaz naturel réinjectée dans le réseau, les résidus ne sont pas jetés mais réutilisés, on les appelle des digestats. En effet, ceux-ci servent d’engrais naturels aux agriculteurs de la région et viennent en remplacement des engrais chimiques utilisés jusque-là.

Nous aurons alors des légumes locaux plus sains !

Lors de la séance du Conseil Municipal du 14 octobre 2019 un débat a été organisé avec l’un des porteurs du projet, plus avancé dans son dossier. L’autre dossier fera dans les prochains mois l’objet de la même procédure.

Projet Sud Oise Energie CRAMOISY

Projet SAS du TONNERRE

Site de L'ADEME

- - -

La méthanisation en 10 questions 

- - -

La méthanisation en images 

Notre ville s’est vu attribuer le prix du fleurissement durable 

Cette distinction récompense les efforts de ces dernières années pour respecter les enjeux réglementaires (0 produits chimiques sur la voirie) mais aussi environnementaux (paillage et vivaces pour économiser l’eau, haie diversifiée et aménagements pour la biodiversité …).

Par l’exercice des diverses compétences qui leur sont attribuées, les municipalités peuvent agir directement ou indirectement sur plusieurs enjeux environnementaux :

  • transport,
  • aménagement du territoire,
  • matières résiduelles,
  • gestion de l’eau,
  • protection des milieux naturels, etc.

Les Elus doivent notamment veiller au respect de l’environnement, mettre en place les outils réglementaires adéquats et les faire respecter, offrir des services appropriés aux citoyens, les tenir informés et assurer la participation citoyenne au développement..

Tout le monde a une part de responsabilité : citoyens, collectivités territoriales, état, entreprises.

Infos en +
 100 arbres ont été planté dans toute la ville en 2019 / 2020


Liens utiles

Tout sur le développement durable

L'enjeu du Zéro Phyto

Les produits phytosanitaires sont toutes ces substances chimiques utilisées sur les plantes pour lutter contre leur prolifération ou à l’inverse pour les protéger des insectes et autres maladies. On parle aussi de pesticides, insecticides, fongicides, herbicides

A chacun d’entre nous d’être aussi moins exigeant la vision de quelques brins d’herbes sur un trottoir ne sera donc pas la conséquence d’un manque d’entretien mais d’une pratique plus respectueuse de l’environnement.

Saint-Leu d’Esserent n’a pas attendu que la loi interdisant l’usage des désherbants entre en vigueur au 1 janvier 2017. Les avantages de cette mesure sont indéniables : préservation de votre santé et celle des agents municipaux, protection de l’environnement. L’inconvénient est une repousse plus rapide des herbes indésirables dans les rues. Chaque habitant doit donc plus que jamais entretenir son trottoir.

Liens utiles

Ministère écologie

Gestion différenciée
Entretenir la ville différemment

Ce concept a pour objectif majeur d’assurer un équilibre entre l’accueil du public et le développement de la biodiversité. Il incite à repenser notre mode de gestion des espaces verts communaux tout en gardant en tête la question suivante :

Est-il utile de maintenir à longueur d’année une pelouse rase sur toutes les zones enherbées ?

Selon les endroits, nous pensons que ce n’est pas indispensable.

Créer des jachères naturelles en supprimant la tonte pendant plusieurs semaines permet à des espèces florales naturellement présentes sur site de s’exprimer.

Ces zones sont aussi des refuges pour les insectes auxiliaires, ces alliés des jardiniers (coccinelle, syrphe, carabe …) qui régulent les populations de ravageurs comme les pucerons, les chenilles de la piéride du chou, les limaces …
La gestion différenciée permettra d’un autre côté de réduire les coûts de fonctionnement du service espaces verts. Le temps ainsi gagné pourra être utilisé pour d’autres missions. Quand écologie rime avec économies …

Quelques exemples :

- 4000 m² de jachère naturelle dans l'enceinte du complexe sportif Grousset

- Le plan de gestion des espaces verts de l'écoquartier prévoit différentes zones refuges pour les insectes

- Le chemin des brossiers (entre la rue de Boissy et l'av de la Commune de Paris): hormis un passage de 4 mètres de large pour la circulation des piétons, les abords de ce chemin sont peu fauchés

- Parcelle communale au Clos Ragait

Biodiversité
Préservons la biodiversité

Grâce à la biodiversité, nous pouvons respirer (oxygène des plantes), construire nos maisons et nous chauffer (bois), nous soigner (médicaments issues des plantes), manger (pollinisation pour les fruits et légumes)…
Préserver la biodiversité n’est donc pas une lubie réservée aux écolos, elle représente un réel intérêt pour la survie de notre espèce.

A Saint-Leu d’Esserent, nous agissons à notre niveau pour préserver cette biodiversité.

À titre d’exemple des nichoirs à rapaces ont été installés dans les clochers de l’abbatiale. Un aménagement a aussi été réalisé dans cet édifice pour permettre aux chauve-souris de trouver refuge sous les tuiles. En favorisant ces espèces, nous lutterons donc naturellement contre la prolifération des rongeurs (rats au bord de l’Oise) et des moustiques.

Quelques exemples :

- Soutien de la commune au Conservatoire d'Espaces Naturels des Hauts de France pour la mise en protection du larris aux orchidées notamment par sa volonté d'agrandir le site par l’acquisition de parcelles.

- L'essentiel des 100 arbres pour le centenaire plantés en 2018/2019 sont essentiellement des essences locales ou à fleurs pour favoriser la faune de notre territoire.

Le Frelon asiatique
Comment agir ?

Depuis 2004, le Frelon asiatique (Vespa velutina) ou Frelon à pattes jaunes colonise discrètement chaque département, puis fait « exploser » ses populations au point d’être vu un peu partout. L’Oise est colonisée depuis quelques années. Chaque automne, beaucoup d’ouvrières (un gros nid en contient jusqu’à 6000) sont en recherche de nourriture pour les larves de reines et de rois. Au printemps, les jeunes reines se réveillent, comme le frelon commun et les guêpes en général.

Dans l’Oise, le Frelon asiatique est aujourd’hui quasiment sur tout le territoire, y compris à Senlis. L’été dernier, on en voyait dans les jardins, le centre-ville, les lisières de forêts, et même jusque dans les champs de betteraves et de blés. L’espèce y nidifiait un peu partout : haut d’un peuplier, sous une plaque d’égout, dans un trou de mulot ou sur un mur de bâtiment.

 

frelon asiatique vseuropeen

Que faire si on repère un nid ?

S’inquiéter lorsque le nid de Frelon asiatique est situé sur un passage, à moins de 5 mètres. Si un frelon s’approche, bien fermer la bouche et s’éloigner de lui en préférant un lieu ombragé. Éviter de « l’embêter » au risque qu’il pique : un frelon est une grosse guêpe qui peut piquer et repiquer sans mourir, car son dard sert à tuer ses proies et à se défendre . Il ne meurt pas comme une abeille venant de piquer. Attention car s’il pique, des « odeurs » avertissent ses congénères qui peuvent arriver et piquer à leur tour. Dans tous les cas, chaque nid de frelon asiatique n’est actif qu’une seule année, il disparaît avec les gelées d’automne. Dans notre région, aucun nid ne passe l’hiver. Ce sont les nouvelles reines qui, après un repos de novembre à mars, fabriqueront de nouveau un nid pour l’année suivante.

- appeler un professionnel. L'ACSO travaille avec SOS guêpes 60  06.11.89.07.55. Compter entre 90 et 150 € à la charge du propriétaire. La réglementation n'impose toutefois pas à un propriétaire d'éliminer un nid.

- les pompiers n'interviennent pas sauf si le nid est en domaine public et à proximité d'une école

 

PIÉGER OU NON ?

S’il n’y a pas de ruche et qu’aucun nid de frelon asiatique n’est signalé près d’un lieu de vie, le piégeage n’est pas nécessaire. Si une ruche est à protéger, le recours à des techniques de lutte est préconisé :

  • Installer un grillage de protection des abeilles, devant l’entrée de la ruche,
  • Piégeage, il existe différents modèles, privilégier ceux sans impact sur l’abeille,
  • Luttes alternatives, avec des poules en déambulation autour des ruches par exemple.

Cycle de vie du frelon asiatique

Brochure d'explication

- - -

Fiche d'aide à l'identification

- - -

Frelon asiatique CPIE